Tel : 04 77 30 10 04 - Fax : 04 77 57 43 40

Jean Louis Gagnaire

Député de la Loire 2ème circonscription

Législatives : ma décision de ne pas me représenter reprise dans la presse

Elections législatives – Retrouvez ci dessous les articles presse qui reviennent sur mon choix de ne pas briguer un 3e mandat de député en juin 2017. 

 


Jean-Louis Gagnaire ne se représentera pas

Le député PS de la Loire sera absent aux prochaines élections législatives.« Après mûre réflexion et après trente-cinq ans de militantisme politique … j’ai décidé de retourner à la vie professionnelle, redevenir un citoyen ordinaire et commencer le début du reste de ma vie. », s’est-il exprimé via un communiqué ce mardi 11 avril.

Jean-Louis Gagnaire, soutien d’Emmanuel Macron,  ne sollicitera ainsi pas le suffrage des Stéphanois pour un troisième mandat de député en juin prochain. Il précise néanmoins qu’il ne fait pas ce choix pour « quitter la politique avant qu’elle ne m’abandonne », mais y explique que « le renouvellement est nécessaire ».


Jean-Louis Gagnaire ne sera pas candidat aux législatives pour « redevenir un citoyen ordinaire »

Le député de la deuxième circonscription de la Loire a décidé de ne pas être candidat à sa propre succession. C’est donc une retraite politique relativement énigmatique pour celui qui a rejoint Emmanuel Macron dans la course à l’Élysée.

Le député de la deuxième circonscription de la Loire, Jean-Louis Gagnaire, ne sera donc pas candidat aux législatives de juin prochain. Lui qui avait choisi Emmanuel Macron pour la présidentielle ne table pas sur un nouveau mandat. Il l’a expliqué ce mardi 11 avril 2017 dans un communiqué dont voici un extrait :

« Après mûre réflexion et après trente-cinq ans de militantisme politique, dix-neuf ans de mandats électifs sans interruption, dont dix années de mandat parlementaire, j’ai décidé de retourner à la “vie professionnelle”, redevenir un citoyen « ordinaire » et « commencer le début du reste de ma vie ». Je ne solliciterai donc pas le suffrage des Stéphanois pour un troisième mandat de député en juin 2017. »

« Je ne fais pas ce choix pour « quitter la politique avant qu’elle ne m’abandonne « . Emmanuel Macron a en effet de réelles chances de gagner l’élection présidentielle tout comme les candidats de En Marche, d’emporter les élections législatives. C’est d’autant plus vrai dans la 2e circonscription de la Loire où la “Gauche du réel” a réellement progressé depuis mon élection en 2007 et où j’ai été le mieux réélu des députés ligériens avec près de 60 % des voix au 2e tour des législatives de 2012. En l’absence de soutien de la candidate du Front de Gauche. » (extrait de communiqué)

Le choix reste donc relativement énigmatique. Il l’explique par exemple par la philosophie du mouvement En Marche : « Je ne doute pas que le choix du renouvellement d’Emmanuel Macron pour les élections législatives viendra à bout des élus qui enchaînent les mandats pour reproduire à l’infini les mêmes schémas dépassés, les mêmes figures imposées. »


 

Législatives : Jean-Louis Gagnaire renonce à une troisième candidature

 

« Après mûre réflexion et après trente-cinq ans de militantisme politique, dix-neuf ans de mandats électifs sans interruption, dont dix années de mandat parlementaire, j’ai décidé de retourner à la “vie professionnelle”, redevenir un citoyen “ordinaire“ et “commencer le début du reste de ma vie“. Je ne solliciterai donc pas le suffrage des Stéphanois pour un troisième mandat de député en juin 2017. » Ainsi Jean Louis Gagnaire fait-il sa déclaration de non-candidature aux prochaines législatives.

Le député de la deuxième circonscription ne s’était pas porté candidat à l’investiture socialiste en décembre préférant attendre le résultat des primaires pour se déterminer.
Il le fit très vite à l’issue des primaires et la rupture a été consommée. En se détournant du candidat choisi par la gauche socialiste, Benoît Hamon, Jean Louis Gagnaire écartait l’hypothèse d’une investiture socialiste. « J’apporterai mon plein et entier soutien ainsi que mon parrainage à Emmanuel Macron », avait-il déclaré laissant ouverte l’hypothèse d’une candidature sous investiture du mouvement En marche, mais avec aucune certitude. Il a mis un terme à sa réflexion en déclarant le 11 avril la non-candidature de celui qui pourtant avait en 2012 été le mieux réélu des députés ligériens avec près de 60 % des voix.

 


Législatives: Jean Louis Gagnaire ne sera pas candidat

Le député socialiste de la Loire, Jean-Louis Gagnaire, annonce, ce 11 avril, qu’il ne sera pas candidat pour les élections législatives du mois de juin.

« Après mûre réflexion et après trente-cinq ans de militantisme politique, 19 ans de mandats électifs sans interruption, dont 10 années de mandat parlementaire, j’ai décidé de retourner à la “vie professionnelle”, redevenir un citoyen « ordinaire » et « commencer le début du reste de ma vie ». Je ne solliciterai donc pas le suffrage des stéphanois pour un troisième mandat de député en juin 2017″, écrit Jena-Louis Gagnaire pour qui « Emmanuel Macron a de réelles chances de gagner l’élection présidentielle tout comme les candidats de En Marche, d’emporter les élections législatives. »

Pour le député de la Loire: « Le renouvellement est nécessaire. Il ne peut être que bénéfique à une démocratie qui, aujourd’hui, est en manque de repères. Les français ont plus que jamais besoin que l’on bouscule l’ordre des choses, d’idées nouvelles, de courage et de prise de risque si l’on veut les convaincre de ne pas se laisser tenter par des candidatures populistes. Je ne doute pas que le choix du renouvellement d’Emmanuel Macron pour les élections législatives viendra à bout des élus qui enchaînent les mandats pour reproduire à l’infini les mêmes schémas dépassés, les mêmes figures imposées. »

Concernant son bilan, Jean-Louis Gagnaire écrit: « Malgré un quinquennat brouillon à cause des frondeurs, je suis fier et heureux d’avoir pu exercer des missions passionnantes et utiles grâce à la confiance renouvelée des électeurs et grâce au concours de collaborateurs avec qui j’ai eu un réel plaisir à travailler. Je suis notamment satisfait de terminer la législature avec une mesure que je portais avec quelques collègues depuis 2013 sur l’extension du crédit d’impôts aux retraités pour les emplois à domicile qui était réservé aux seuls actifs ».


 

Vous aimerez aussi :